Print Page   |   Contact Us   |   Sign In   |   Register
Former Staff: Then & Now
Blog Home All Blogs
Search all posts for:   

 

View all (34) posts »
 

Hélène Forneris (La Chât 1972-2004)

Posted By Alumni Office, mercredi 18 février 2015

 Hélène Forneris   Hélène Forneris

1. Quand avez-vous travaillé à l’Ecole Internationale de Genève et quelle(s) fonction(s) avez-vous exercée(s)?
De septembre 1972 à juin 2004, à la Châtaigneraie, j’ai d’abord enseigné  le français, l’histoire et la géographie, avant de me consacrer essentiellement au français. Les dernières années, j’ai également pris en charge l’orientation des étudiants vers les pays francophones.

2. Faites-nous découvrir quelques aspects de votre vie actuelle, le lieu où vous vivez et vos activités.
Depuis 1972 je vis dans le pays de Gex avec mon mari. Nos deux enfants, leurs conjoints et nos trois petits enfants vivent les uns au Danemark et les autres en Suisse. Nous sommes très souvent en voyage. Nous séjournons beaucoup au Danemark et en Italie, notamment à Venise ce qui n’étonnera pas ceux qui me connaissent. Je suis très occupée, comme la plupart des retraités,  beaucoup d’activités me passionnent mais je passe le plus de temps possible avec mes petits enfants qui m’offrent de très belles occasions de « retomber en enfance » !

3. Quels sont les souvenirs les plus marquants de votre période à l’Ecolint?
Il y en a tellement ! Beaucoup de souvenirs de ma vie professionnelle à la Châtaigneraie sont des souvenirs intimes, liés à des émotions souvent heureuses et parfois tragiques, à des rencontres incroyables avec des jeunes et des familles qui m’ont énormément apporté.

Deux dates sont à jamais gravées dans ma mémoire :
Août 1972, après avoir enseigné sept ans dans l’enseignement public en France, je suis en congé sabbatique pour suivre mon mari dans son nouveau travail en Suisse. La rentrée approche et je sens que je ne pourrai pas rester un an hors d’une école. Je tente ma chance en proposant mes services, par téléphone, au collège du Léman – qui n’a pas de poste à m’offrir – puis au Collège International de la Châtaigneraie. Il pleut à seaux sur la cabine téléphonique située près de l’ancien motel, mais mon interlocuteur m’invite à me présenter le plus vite possible dans ce qui deviendra MON école pour 32 ans, j’oublie l’orage et je suis pleine d’espoir.

Juin 2004, journée des promotions et dernier jour d’activité à l’école pour moi. La cérémonie se déroule normalement et puis, alors que je ne m’y attends pas, la communauté de l’école me dit, à sa façon affectueuse et respectueuse, « merci et au revoir ». Ce moment résume parfaitement l’intensité des relations que j’ai entretenues avec l’école, partie intégrante de ma vie pendant si longtemps et encore aujourd’hui. L’espoir né en 1972 n’a jamais été démenti. J’ai eu une vie professionnelle fantastique, inespérée, grâce au coup de téléphone de ce lointain mois d’août et à l’ouverture qu’il m’a offerte sur le monde.

4.    Dans quelle mesure appréciez-vous de garder des contacts avec vos anciens élèves ou collègues ?
Ce qui précède est déjà une réponse. Je garde des contacts précieux avec mes anciens collègues dont certains sont de vrais amis. Ceux qui ne sont plus là vivent pourtant toujours intensément dans ma mémoire. J’ai grand plaisir à rencontrer d’anciens élèves ou leurs familles quand une occasion se présente, à échanger des nouvelles avec certains et à savoir comment ils ont évolué. Toutes ces vies croisées, partagées un temps, sont inoubliables.

(Se connecter pour voir l'adresse e-mail de Helen.)

 


 

>> Index

This post has not been tagged.

Share |
Permalink | Comments (0)
 
Membership Management Software Powered by YourMembership  ::  Legal